Vous êtes ici : Accueil » Nos Rencontres » Comment vivre l’Alliance dans la Bible

Comment vivre l’Alliance dans la Bible


Nous avons travaillé de trois manières différentes de vivre l’Alliance dans la Bible : obéir à celle-ci, ne pas obéir, recevoir une nouvelle Alliance dans son cœur.

Nous avons avancé de manière chronologique dans les livres de l’Ancien Testament.

Le thème de la désobéissance à l’Alliance a été étudié à travers l’exemple du Roi Saül dont l’histoire figure dans les chapitres 9 à 15 du livre 1 Samuel.

1 Samuel 13, 3-14

Dans ce passage, Saül et son peuple sont en révolte contre les Philistins. Saül se trouve isolé après le départ du peuple et ne voit pas revenir le prophète Samuel. Il décide d’offrir l’holocauste et les sacrifices de Paix (v 9) quand par surprise Samuel arrive. Samuel est en colère « Qu’as-tu fait ? » (v 11).
En effet l’holocauste ne doit être fait que par les prêtres et Saül n’a pas ce droit.
Saül se défend en expliquant, il a craint les Philistins d’autant que ceux-ci étaient puissamment équipés et nombreux (v 5 : 30 mille chars, 6 mille cavaliers et une troupe aussi nombreuse que le sable), il a vu son peuple se disperser et Samuel ne venait pas au rendez-vous., et il voulait apaiser le Seigneur (v 12).
La réponse de Samuel (v13) nous a beaucoup interrogé et intrigué.
« Tu as agi comme un fou ! Tu n’as pas suivi le commandement du Seigneur, ton Dieu, celui qu’il t’avait prescrit. Si tu l’avais fait, le Seigneur aurait établi pour toujours ta royauté sur Israël. »
Quel est ce commandement ? [Pour cela il faut relire le discours de Samuel (1 Samuel 12) au peuple, événement qui intervient juste après le moment où Saül est fait roi en présence du Seigneur. L’onction de Saül avait été faite seulement entre Samuel et Saül à la fin du chapitre 9.]
Obéir « Ne vous écartez pas du Seigneur, mais servez le Seigneur de tout votre cœur » (1 Samuel 12, 20) et plus loin « si vous faites le mal, vous serez anéantis, vous et votre roi » (1 Samuel 12, 25).
Pour tous le groupe, ce verset 13 laisse planer un doute sur la faute réelle de Saül qui est peut être le reflet de la nature humaine du roi d’Israël qu’il est.
Saül est bien roi d’Israël mais en fait le vrai roi c’est Dieu et Saül vient de se détourner de Dieu : il a en quelque sorte rompu l’alliance.

1 Samuel 15, 1-3 puis 12-27

Les premiers versets nous indiquent la mission confiée à Saül : détruire Amaleq (humains et animaux).
Mais plus loin, nous découvrons que des écarts sont faits même si ceux-ci seront offerts en sacrifice à Dieu !
Cette attitude de Saül déplait fortement au Seigneur (v 11) qui regrette de l’avoir fait roi. Samuel aussi est contrarié de l’attitude de Saül et il ira jusqu’à pleurer sur Saül (v 34).
Il est surprenant de noter que dans les paroles de Saül envers Samuel il dit deux fois « le Seigneur, ton Dieu (v15 et 21) » comme si le Seigneur pour Saül au verset 13 n’était pas le même que celui de Samuel.
Cette fois-ci les circonstances de la désobéissance sont évidentes, et les versets 22 et 23 nous disent « l’obéissance est préférable aux sacrifices, la docilité à la graisse des béliers, mais la révolte vaut le péché de division et l’opiniâtreté, la sorcellerie. » : tout un programme.
La condamnation est claire (v 26) « tu as rejeté la parole du Seigneur ; le Seigneur t’a rejeté et tu n’es plus roi d’Israël ».
Dans ce passage, l’alliance est rompue entre Saül, roi d’Israël, et le Seigneur. Saül restera roi encore longtemps mais sans l’appui de Dieu.

La folie de Saül comme désobéissance à l’alliance qui lui semble trop contraignante n’est peut être pas si éloignée de notre temps actuel.

Le thème de l’obéissance à l’Alliance a été étudié à travers l’exemple du Roi Salomon qui, à ce moment de sa vie du moins, respecte celle-ci.

Sagesse de Salomon (1 Rois, 3)

Salomon, jeune Roi d’Israël, prit pour femme la fille de Pharaon (alliance politique), le palais et le Temple ne sont pas achevés. Sa femme égyptienne se convertira-t-elle ? Salomon penchera-t-il vers l’idôlatrie ?
Salomon aime Yahvé, il garde sa religion juive. Il est fidèle au Dieu de son Père David : Fidélité, de Père en fils, au Seigneur.
« Yahvé apparut la nuit en songe à Salomon, Dieu dit : « Demande ce que je dois te donner » (1 Rois 3, 5). Salomon répondit : « … Donne à ton serviteur un cœur plein de jugement pour gouverner ton peuple, pour discerner entre le bien et le mal, … » (1 Rois 3, 9) « Il plut au regard du Seigneur que Salomon ait fait cette demande » (1 Rois 3, 10) « et Dieu dit : … voici que je fais ce que tu as dit : je te donne un cœur sage et intelligent … et même ce que tu n’as pas demandé, je te le donne aussi … » (1 Rois 3, 12-13) « Salomon s’éveilla et voilà que c’était un songe. Il rentra à Jérusalem et se tient devant l’arche de l’alliance du Seigneur ; il offrit des holocaustes et des sacrifices de communion et donna un banquet à tous ses serviteurs. » (1 Rois 3, 15)
Salomon remercie Dieu, il est content et invite tous ses serviteurs à un banquet : Ils font la fête.
La sagesse de Salomon est connue de tous. La reine de Saba vient le voir. Elle lui dit : « Ce que j’ai entendu dire sur toi et ta sagesse dans mon pays était donc vrai ! Je n’ai pas voulu croire ce qu’on disait avant de venir et de voir de mes yeux, mais vraiment on ne m’en avait pas appris la moitié … » (1 Rois 10, 6-7)
Salomon est un modèle pour les juifs, Jésus le cite. Pour nous, aussi, il est une marche à suivre.

Dans la culture de Salomon : Dieu parle / on lui demande donc son avis, contrairement à notre monde moderne, on ne dit pas que ce sont des révélations divines, ça ne fait pas sérieux !
Nos hommes politiques ont-ils le discernement de demander à Dieu la sagesse ?
Nous, à notre niveau : demandons-nous à Dieu de nous aider dans nos décisions ?
Lorsque nous prions, demandons-nous à Dieu ce qui lui plaît ?

Epitre aux Romains : "chacun est éclairé à sa mesure ». ( Romains 2 : 12-16) Chacun choisi le bien ou le mal selon l’intérêt général."


Le Temple de Salomon (1 Rois 6 et 8)

Le roi Salomon a fait construire le Temple pour que repose l’arche d’alliance et les tables de la Loi, gravées par Moïse. Salomon a repris les plans établis par son Père, le roi David.
La construction a duré 7 ans. Le Temple était magnifique. Tout était symbole :

* Au verset 6 du chapitre 6, il est dit que la Maison avait trois étages. Ne peut-on faire un lien avec :
- l’Arche de Noé : Dieu ordonna à Noé de construire trois étages.
- le récit de la Création : L’eau, la terre et le ciel.
On peut regarder ce récit comme la construction d’un temple, du temple cosmique
* Les grenades représentaient l’abondance de la joie, la fécondité.
* Les colonnes énormes, à l’entrée, élèvent le cœur de celui qui passe au milieu d’elles.
La colonne est un élément de stabilité, d’appui à la vérité de toutes choses.
* Les douze bœufs renvoient à l’esclavage du peuple juif en Égypte.
Le bœuf est l’esclave de l’homme et le chiffre 12 correspond aux douze tribus d’Israël.

Une fois le Temple achevé, pour l’arrivée de l’Arche dans le Temple, « le roi Salomon et tout Israël avec lui, sacrifièrent devant l’Arche des moutons et des bœufs en quantité innombrable ». (1 Rois 8, 5)
Lorsque l’arche, portée par les prêtres est entrée dans le Saint des Saints, « la nuée remplit le Temple de Yavhé … la gloire de Yavhé remplissait le Temple de Yavhé ». (1 Rois 8, 10-11)
« Alors Salomon dit : Yavhé a décidé d’habiter la nuée obscure. Oui, je t’ai construit une demeure, une demeure où tu résides à jamais ». (1 Rois 8, 12-13)

Le Roi bénit toute l’assemblée d’Israël. Devant l’autel de Yahvé, en présence de l’assemblée d’Israël, il adresse une très belle prière de confiance à Dieu. Il se place dans la continuité de son Père : David. Il prie pour son peuple et supplie Dieu de pardonner leurs erreurs, leurs péchés.
« Toi, écoute au ciel, où tu résides, pardonne et agis ; rends à chaque homme selon sa conduite, puisque tu connais son cœur … » (1 Rois 8, 39)
Cette prière définit la fonction du temple. Le serviteur de Dieu viendra en ce lieu le prier, le supplier, l’écouter, l’invoquer, mais c’est au ciel que le Seigneur réside.
Le Temple est le signe et le rappel incessant de la présence et de la sainteté de Dieu.
Mais nous ne devons jamais oublier que Dieu se révèle librement où il veut dans l’univers créé comme dans chaque cœur humain.

La prière se Salomon se développe en plusieurs étapes :
- la fidélité de Dieu envers la dynastie de David, conformément à la prophétie de Nathan,
- la présence mystérieuse du Dieu de l’univers en un lieu précis,
- la présence active du Dieu qui voit et qui fait justice.
Puis Salomon présentera un échantillon des demandes qu’on pourra faire dans le Temple : la protection de Dieu assurée à son peuple, la prière pour les païens et enfin la protection de Dieu envers les Israélites dispersés lorsque le Temple ne sera plus là.
Salomon est très proche de Dieu, il lui parle comme à un ami, comme à un Père.
L’Ancien Testament préfigure le Nouveau Testament.

Le Temple de Jérusalem est très important pour les Juifs, c’est plus qu’un très beau bâtiment, c’est la demeure de Dieu. Marie, Joseph, Jésus, les apôtres sont allés prier au Temple. Jésus a enseigné dans le Temple et il a chassé les marchands du Temple ...
Maintenant, les Juifs vont prier devant ce qui reste du mur qui soutenait l’esplanade du Temple,   le « Mur des Lamentations » ou Kotel.
Saint Paul dit aux Corinthiens :« Ne savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? … Car le temple de Dieu est sacré et le temple de Dieu, c’est vous. » (1 Corinthiens 3, 16)
Pour le christianisme, le Temple entre dans le cœur des hommes.

D’après ces deux textes, nous avons déduit que Salomon a été fidèle à l’alliance avec Dieu.
Mais pour préserver la paix dans son royaume, Salomon a fait alliance, par mariage, avec des puissances étrangères. Les princesses n’ont pas abandonné leur religion.
« Quand Salomon fut vieux, ses femmes détournèrent son cœur vers d’autres dieux … » (1 Rois 11, 4) « Yahvé s’irrita contre Salomon parce que son cœur s’était détourné de Yahvé … » (1 Rois 11, 9)

Le thème de recevoir une nouvelle Alliance, nouvelle Alliance qui s’inscrit dans le cœur des croyants a été étudié chez le propète Jérémie.

Jérémie 31, 31-34

Ces quatre versets reprennent le thème de l’Alliance sous la forme particulière de « Nouvelle Alliance » dont c’est l’unique occurrence dans tout l’Ancien Testament.
Il ne s’agit plus d’une loi écrite une fois pour toutes et réécrite à l’identique à chaque fois qu’elle a pu être rompue, nécessitant le recours aux scribes et aux « sachants » pour la réinterpréter.
Il s’agit désormais d’une loi inscrite au cœur de chacun, sans intermédiaire, avec le risque d’interprétation personnelle mais directement transmise à l’intime, qui implique ainsi la responsabilité de chacun. Il n’est plus question de recourir à l’enseignement extérieur de la communauté. Cela n’empêche pas de partager cette responsabilité.
Elle est toujours nouvelle, répondant à une situation nouvelle : comment expliquer notre situation d’exil ? Jérémie remet en question l’idée que nous aurions été abandonnés par Dieu et nous interroge plutôt sur notre infidélité.


Pour actualiser notre réflexion, nous pouvons dire que nous avons à interroger le rapport entre la loi qui nous est enseignée de l’extérieur par l’institution Eglise et la Loi inscrite en nous par l’Esprit même de Dieu depuis notre Baptême. Nous sommes Temple de l’Esprit Saint, personnellement et ensemble indissociablement.